Odred

Hobgoblin pyromane

Description:

Summoner 8
Archetype : Spirit Summoner

Bio:

Comment tu t’es ramassé là

La vie est pas exactement simple pour un hobgoblin à un bras, mais c’est difficile de rire de toi quand on est trop occupé à éteindre un incendie. À Sharn, c’est toi que la mafia Daask appelle quand quelque chose a besoin de pogner en feu. Sauf que tu sembles avoir de la compétition depuis qu’une coupelle de Warforgeds pyromanes s’amusent avec des explosifs.

Donc l’autre jour tu as rencontré ton contact hobgoblin à Khyber’s Gate, qui t’a raconté que des sectes apparaissent dans les profondeurs de Sharn, et que ses membres attendent un renouveau, ou la fin du monde, ou le retour de quelconque dieu enfouï, ou la chute des riches et puissants ou whatever. Daask est pas exactement contre la naïveté, c’est bon pour les affaires, sauf que du monde qui savent trop de choses et du monde qui doivent de l’argent se sont convertis et ils pensent que les jours de Daask sont comptés et que les briseurs de jambe auront pas le temps d’arriver.

Tout ça pour dire qu’il faudrait les faire taire, les faire payer, ou juste faire un exemple. (Il parle beaucoup pour un hobgoblin)

Il s’adonne que ton contact a rencontré des Lhazaarites louches qui recherchaient leur Warforged, un sosie de l’autre pyromane. En les espionnant, ils sont tombés sur quelques cachettes de cultistes, et ne serait-il donc pas dommage si ça devait brûler ? Pas besoin d’être subtil, on va juste dire qu’on a vu des Warforged se promener dans le coin.

Quelques incendies plus tard, tu t’es fait tabasser par une escouade de la Maison Tharashk. Ils n’ont rien fait pour arrêter les flammes, mais ils t’ont livré à un dénommé Samuel’aashta de Tharashk qui voulait probablement t’utiliser comme sacrifice pour retrouver… si tes connaissances en orc sont fiables… « ce pseudo héritier consanguin de marde », ou « ce résidu de fosse sceptique avec qui j’ai la grande honte d’être vaguement apparenté », ou « cette sous-merde qui utilise [???] pour sauter la file d’attente du bordel ». Apparemment, ta double nature fait de toi un bon sacrifice. C’est nouveau.

Mais quelque chose est arrivé. Le chaos et les cris et les présences et les parcelles de secrets dans tes oreilles et la chose qui te regarde dans le miroir mais il n’y a pas de miroir dans ta cellule mais les murs craquent et il te faut un miroir où est le miroir peut-être dans les yeux de ton compagnon de cellule mais peut-être pas aller fouiller avec tes doigts il faudrait une pince pour trouver le miroirlemiroirlemiroirlemiroir

Et maintenant t’as les deux bottes coincées dans un marais. C’est… particulier. Au moins les cris ont cessé, mais tu espérais mieux que des ouaouarons et des criquets comme bruit de fond.

Odred

Canette et ses compagnons Myoshrike